Yvan Martial Publications Ltée
Yvan Martial Publications

Abonnés, identifiez-vous+|-

nom utilisateur
mot de passe
ABOUT US
CONTACT US

vous êtes ici : Les articles d'Yvan | Emission Radio MBC | Lecture

Un incident parlementaire (Blood v. Rault) perturbe le

rejet de la motion Émile en faveur de trois cheminots

 

Amis auditeurs, bonjour

Résumant le 7 mars 1950, au Conseil Législatif, sa motion privée concernant des travailleurs manuels du Chemin de Fer qu’il estime injustement sanctionnés, le 4e député du Port-Louis, Benjamin Samuel Émile, déclare ne plus savoir à qui faire confiance. Le directeur du Chemin de Fer, Pierre Cantin, déclare quelque chose concernant ces fonctionnaires lésés et le secrétaire colonial, James Dundas Harford, dit le contraire. En son âme et conscience, il conclut que les cheminots Legrand, Greedharry et Favory n’ont rien à se reprocher dans la collision survenue, le 6 septembre 1948, à Montagne-Longue, à un passage à niveau à demi-fermé seulement, par la faute d’un garde-barrière privilégiant la préparation culinaire de son repas au détriment de ses responsabilités professionnelles de garde-barrière. Ces trois fonctionnaires sont innocents et cependant ils ont été injustement mais sévèrement sanctionnés. Tant que semblables injustices seront tolérées en haut lieu à Maurice, le député Émile s’estimera tenu, en conscience, de les dénoncer au Conseil Législatif, par voie de motion privée.

Après le rejet de cette motion privée du député Émile par 16 voix contre huit (votent contre Harilal Vaghjee, Sookdeo Balgobin, Millien, Forget, Mme Émilienne Rochecouste, Renganaden Seeneevassen, Jules Koenig, Seewoosagur Ramgoolam).

Un incident parlementaire précède de peu ce vote. Le journal Advance en fait état dans sa livraison du 8 mars 1950. Le vote sur la motion privée du député Émile commence quand Raymond Rault veut soulever un point d’ordre. Le gouverneur Blood l’en empêche. Rault prétend qu’on n’a pas sonné la cloche avant de prendre le scrutin. Blood maintient le contraire et menace de sévir contre Raymond Rault. Trop c’est trop, Sookdeo Bissoondoyal quitte la salle des délibérations pour exprimer sa désapprobation.

Après l’annonce du résultat du vote sur la motion Émile, Blood permet à Rault de développer son point d’ordre. Celui-ci rappelle que les standing orders prévoient que la cloche sonne pendant deux minutes avant tout vote. Blood conseille à Rault de présenter une motion s’il conteste son impartialité. C’est ce que compte faire ce dernier. Il ajoute que les officiels ne doivent pas voter quand les chefs de département sont sur la sellette. Tel est le cas en Grande-Bretagne et dans d’autres colonies.

Il semble que Sookdeo Balgobin, Émile, Rault, Rozemont et Bissoondoyal ne participent pas à ce scrutin.